QlikView, trucs et astuces…

QlikView est un logiciel de Business Intelligence. Il permet de traiter et de représenter des données dans un but final d’aide à la décision. À la suite du premier article où nous avons vu les caractéristiques et le fonctionnement global de l’outil, cet article, plus orienté technique, va décrire certaines fonctionnalités de base de l’outil, ainsi que quelques « trucs et astuces », qui permettent d’améliorer l’expérience utilisateur.

logo_qlikview

Au programme, nous allons aborder dans cet article les points suivants :

  • Sécuriser une application QlikView en bloquant les éléments,
  • Créer une fenêtre de sélections actives,
  • Créer un conteneur,
  • Insérer des textes d’aide,
  • Utiliser la simulation.

Sécurité de l’application

Lorsque l’on fournit une application à un utilisateur, il est préférable que les éléments soient « bloqués » afin que l’utilisateur ne puisse pas modifier la mise en forme de chaque onglet de l’application. Pour ce faire, il est possible de désactiver les déplacements et dimensionnements des onglets de chaque feuille pour empêcher l’utilisateur d’apporter des modifications inappropriées. La marche à suivre est la suivante :

Cliquer sur l’onglet « Paramètres » dans le menu, puis sur « Propriétés de la feuille ». Une nouvelle fenêtre s’ouvre, contenant de multiples onglets afin de modifier les propriétés de la feuille. Cliquer sur l’onglet « Sécurité ». Vous pouvez à présent décocher la case « Déplacer/Dimensionner les objets de la feuille », ce qui aura pour conséquence d’empêcher tout déplacement ou dimensionnement des objets de la feuille sur laquelle vous vous trouvez. Il est possible d’appliquer cette règle de sécurité sur toutes les feuilles de votre application en cochant la case « Appliquer à toutes les feuilles ». D’autres options de sécurité, comme « Supprimer les objets de la feuille » ou « Ajouter des objets à la feuille », peuvent être mises en place afin de laisser uniquement des droits de consultation sur la feuille.

Figure 1 - Propriétés de la feuille

Il peut être intéressant de bloquer l’ensemble des feuilles de votre application, et de laisser une feuille vierge, dans laquelle l’utilisateur sera libre d’ajouter les objets de son choix et de créer ses propres visualisations.

Création d’une fenêtre de sélections actives

Un bon réflexe à avoir lorsque l’on crée une nouvelle feuille dans une application QlikView est de créer une fenêtre de sélections actives. Cette fenêtre est préconçue pour contenir toutes les sélections réalisées par l’utilisateur dans l’application. Pour l’ajouter, rien de plus simple, il suffit d’effectuer un clic droit sur la feuille sur laquelle vous vous trouvez, de cliquer sur « Nouvel objet de feuille » puis sur « Sélections actives… ». L’outil affiche alors la fenêtre permettant de paramétrer la zone de sélections actives : vous pouvez lui donner un nom, choisir les colonnes qui seront affichées dans la zone, changer les étiquettes des colonnes, modifier les couleurs de la zone et la police, etc. Vous n’avez plus qu’à cliquer sur OK pour finaliser la création de la zone.

Figure 2 - Mise en place d'une fenêtre de sélections actives

Une fois la zone de sélections actives créée, il peut être intéressant de créer des boutons comme on peut voir sur la capture ci-dessus afin de revenir à la sélection précédente, ou d’effacer toutes les sélections en cours. Pour ce faire, clic droit sur la feuille sur laquelle vous vous trouvez, clic sur « Nouvel objet de feuille », puis sur « Bouton ». Entrer tout d’abord le texte qui s’affichera sur le bouton dans la zone « Texte ». Puis, passez dans l’onglet « Actions » : cet onglet permet d’attribuer une ou plusieurs actions à un bouton lorsque l’on clique dessus. Clic sur « Ajouter » afin d’ajouter une action. On trouve alors dans la fenêtre « Ajouter une action » de nombreuses possibilités, réparties selon différents types. Dans le type « Sélection », on trouve par exemple l’action « Précédent », qui permet de revenir à la sélection précédente, l’action « Suivant » pour revenir aux sélections les plus récentes, ou encore l’action « Effacer tout » qui permet d’effacer l’ensemble des sélections effectuées dans le document. Une fois l’action choisie, clic sur « OK », puis de nouveau sur « OK » pour valider le bouton. Le bouton est ainsi créé et a une action qui lui est associée.

Figure 3 - Association de l'action "Précédent" à un bouton

Aide à destination des utilisateurs

Il peut être intéressant de laisser des aides pour les utilisateurs finaux, leur permettant de comprendre le contenu d’un objet, de décrire une méthode de calcul ou encore de décrire des données. Pour ce faire, QlikView propose d’insérer dans chaque objet de feuille un texte d’aide.

Pour cela, il suffit d’accéder aux propriétés de l’objet de feuille, aller dans l’onglet « Légende », et écrire votre texte dans la partie « Texte d’aide ». Cliquer sur le bouton « OK ».

Le texte d’aide est donc affecté à l’objet de feuille. Un bouton « ? » est alors ajouté à l’objet de feuille, sur lequel l’utilisateur peut passer la souris ou cliquer afin de l’afficher.

Figure 4 - Mise en place d'un texte d'aide

Création d’un conteneur

Un conteneur est un objet permettant de contenir un ensemble de sous-objets, afin de les rassembler. On peut donc rassembler plusieurs graphiques côte à côte afin de pouvoir les comparer, ou d’avoir une vision globale sur plusieurs objets.

Créer un conteneur est d’ailleurs un bon réflexe pour pouvoir bloquer la position de plusieurs objets les uns par rapport aux autres.

Pour le créer, créer un nouvel objet de feuille, et choisissez Conteneur. Une fois cette étape réalisée, vous pouvez choisir les objets existants que vous souhaitez afficher dans votre conteneur. Le choix une fois réalisé, l’onglet « Présentation » permet de choisir plusieurs options : vous pouvez choisir « Objet unique », qui permet d’afficher un seul objet dans le conteneur, avec des onglets afin de changer d’objet. La seconde option est « Grille »,  qui permet d’afficher plusieurs objets dans le conteneur.

L’option de grille a l’avantage de rassembler plusieurs objets afin d’avoir une vision globale, mais a également l’inconvénient de diminuer la lisibilité de ces objets, puisqu’ils sont contenus dans un espace restreint. Cette option paraît plus intéressante pour rassembler des graphiques plutôt que pour des tableaux de données.

Utilisation de la simulation

QlikView permet la mise en place de simulations dans ses applications. Une simulation est le fait de saisir une ou plusieurs valeurs dans un tableau afin de voir l’effet de cette valeur sur un graphique ou un tableau, ce qui permet de prévoir telle ou telle évolution.

Nous allons nous baser sur l’exemple de la gestion des notes d’un étudiant, afin de calculer sa moyenne en fonction des notes obtenues dans chaque matière. En se basant sur un classeur Excel contenant l’année de la note, la matière, le coefficient de la matière et la note obtenue, on souhaite donc pouvoir saisir les notes dans les matières afin de constater leur effet sur la moyenne générale.

La clause permettant de signifier à QlikView que l’on peut saisir des données dans un champ est la clause INPUTFIELD. Elle se décrit comme dans la capture suivante :

Figure 5 - Déclaration d'un champ de saisie

On voit donc sur la capture que la clause INPUTFIELD concerne le champ Note et le déclare comme un champ saisissable. Cette table doit se trouver avant le chargement de la table dans laquelle sera contenu le champ en question. Le chargement de la table est classique.

Une fois les données chargées dans l’application et mises en forme, on obtient l’application suivante.

Figure 6 - Exemple de visuel d'une application QlikView

En déplaçant la souris vers les notes contenues dans le tableau de notes, une petite icône apparaît, sur laquelle il suffit de cliquer pour pouvoir remplacer la note.

Figure 7 - Exemple de champ de saisie

Une fois la note remplacée, le calcul de la moyenne générale dans le graphique situé à droite est mis à jour avec la modification réalisée dans la note remplacée. La simulation permet ainsi de tester de nombreuses possibilités de notes en fonction des matières.

Pour pouvoir créer plusieurs champs de saisie, il suffit de déclarer plusieurs attributs en INPUTFIELD.

Figure 8 - Déclaration de plusieurs champs de saisie

La simulation a cependant ses limites. En effet, il n’est pas possible de préciser le type du champ. On peut donc librement entrer une chaîne de caractères à la place d'un nombre. Par ailleurs, dans le cas des moyennes, il aurait été intéressant de pouvoir restreindre les nombres entre 0 et 20, ce qui n’est pas forcément possible en se contentant d’utiliser la fonction INPUTFIELD. Il est également important de préciser que les données insérées ne sont modifiées que dans l’application, les données ne sont pas mises à jour dans les fichiers ou bases de données sources. Enfin, si une donnée a été modifiée par un utilisateur dans l'application, il est impossible de retourner en arrière et de récupérer la valeur précédente…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *