Aujourd’hui, On peut faire du smart sans Big Data

Le troisième jour du Web2day à Nantes démarre avec un débat sur l'utilisation des données personnelles. Sont présents Eric Leandri de Qwant et Rand Hindi de Snips.
Ces deux entreprises sont actrices dans le développement sans stockage ni utilisation des données personnelles de leurs utilisateurs.

On commence le débat un peu brutalement avec une comparaison sur la Shoah en 1948. Une liste avait été créée afin de recenser tous les juifs de France. On sait aujourd'hui l'utilité d'une telle liste à l'époque... Tels sont les abus d'une telle collecte de données poussée à l’extrême.
En Europe, nous sommes liés à cette Histoire, et sommes attachés au respect de la vie privée. Dans ce contexte, le GDPR (General Data Protection Reglementation) s'appliquera en 2018 en Europe à toute entreprise collectant les données personnelles de ses utilisateurs.

Qwant (2013) et Snips (2013) sont des pionniers dans ce domaine. Pour eux, la "Privacy" n'est pas une feature, ni une mise à jour que l'on fait à la volée. Ils ont inscrit cette valeur fondamentale de respect d'autrui dans les fondements même de leur entreprise. On parle ici de "Privacy By Design".
Pour l'anecdote, un contrat de travail chez Snips intègre cette notion, et l'employé qui par quelque moyen que ce soit accède aux données des utilisateur sans leur accord, est immédiatement licencié.

La question est : Est-il aujourd'hui possible de créer des applications intelligentes, simples d'utilisation et complètes sans l'utilisation des données des utilisateurs ?
La réponse est oui ! Et l'essor de Qwant et Snips en sont un très bon exemple. Leurs utilisateurs en sont conscients, et ces deux acteurs contribuent à la prise de conscience collective sur la Privacy.
Rand ajoute que la collecte de data en masse n'est pas nécessaire, et l'utilisation d’algorithmes de génération de data est suffisant.
D'un point de vue business plan, l'offre de Snips n'est pas le paiement d'un webservice à la requête, mais un produit fini, autonome, totalement intégrable à un outil de commande vocale.

Pour conclure Rand note que, aujourd'hui, toutes les solutions de commandes vocales telles que "Google Homme" ou "Alexa Amazon" ne respect par la GDPR et seraient interdites par cette réglementation en 2018. En effet, la voix est une donnée biométrique, unique pour chaque être humain. Aujourd'hui, 30 minutes d'écoute permettent de synthétiser et reproduire à l'exact la voix de n'importe quelle personne. Voilà une piste qui donne à réfléchir.

Pensez donc à votre vie privé ! Vous n'avez peut-être "rien à cacher", mais les géants du web ont tout à gagner en recompilant votre âme. Le Smart sans Big Data est possible, et vous laisse naviguer en toute tranquillité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *