la Gamification

Qu’est ce que la Gamification ?

blasonLa gamification est une technique qui applique les codes liés au monde des jeux vidéos, tels que le système de points, de récompenses, un esprit ludique…, à des domaines auxquels ils n’étaient pas destinés.

 

(source img : http://blog.promocadeaux.com)

Raspberry PI : Commande GPIO via CRONTAB

RPI3B-500x334

Ce micro ordinateur peut vous permettre très simplement de commander quelques prises ou carrément tout un pan de votre installation si vous le rapprocher de votre tableau électrique. En le « couplant » à un crontab, on peut facilement alimenter ou couper certains circuits sur des plages horaires précises. Dans ce petit post, nous allons voir comment commander le port GPIO 1 de notre raspberry.

Open Street Map (Partie 2) – Intégration d’une carte avec Leaflet

leaflet-logo[1]

Il existe différentes librairies JavaScript permettant l’intégration d’une carte sur son site, que ce soit pour une version desktop ou bien pour une version mobile. La plus connue de ces librairies est celle de Google qui est liée à Google Maps (https://developers.google.com/maps/), puis ensuite vient Open Layers qui permet l’affichage de fonds cartographiques tuilés (http://openlayers.org/) et enfin LeafLet qui est utilisé par OSM pour l’intégration de ses cartes. Nous allons voir ici le fonctionnement de cette dernière (http://leafletjs.com/).

AppleWatch et les montres connectées – un challenge a relever

12-Apple-Watch-alignées

La scène se déroule le 30 octobre 2014 au Julia Morgan Ballroom où le Musée de San Francisco d’Art Moderne organisait un gala de remise de prix.

Jon Ive, designer en chef d’Apple, est interrogé sur la vision d’Apple à propos de sa montre connectée, l’AppleWatch. Le dirigeant croit de « toutes les fibres de son corps » que la prochaine AppleWatch aidera la firme de Cupertino à établir une nouvelle catégorie de dispositifs informatiques. Ive rajoutera à un auditoire attentif du Musée San Francisco d’Art Moderne que la conception de la « smartwatch » a posé plus de défis que l’iPhone en raison des attentes de la société autour d’une montre-bracelet. Le poignet est un l’endroit idéal pour les « interactions légères » et « les coups d’œil occasionnels », mais pas pour la lecture lourde.

Les applications SAAS ou les années glorieuses des éditeurs

SAAS : Software As A Service

Les applications SAAS se substituent peu à peu aux applications appelées ASP (Application Software Provider). Ces dernières proposaient une application front-end (architecture Client/Serveur) alors qu’aujourd’hui Les SAAS sont plutôt focalisées sur du Full Web. Le principe du SAAS est de fournir un service en proposant une offre « tout compris » qui permet au client de n’être qu’un simple utilisateur de la solution. Cette gestion en boîte noire permet au client de réduire les coûts (ressources, serveurs, support). Le fournisseur de son côté s’occupe des accès, licences, supports et hébergements des données clients. Les applications SAAS sont assez répandues dans les progiciels métiers, la messagerie, les outils de travail collaboratifs, les ERP ou encore la BI. Les solutions ne sont pas forcément payantes, par exemple Google propose en ouvrant un compte chez eux, l’hébergement des emails (la taille du compte étant assez importante, l’archivage en local devient optionnel), un agenda, un chat …. Le service est gratuit et accessible partout avec une connexion internet, aucune installation n’est nécessaire … Dans une enquête au sein du Club Décision DSI (Club indépendant qui rassemble les décideurs informatiques de 900 entreprises publiques ou privées) publiée sur le journal du Net en Juillet 2011, 57% avaient déclaré utiliser des applications en mode SAAS. Pour 54%, il s’agit de solutions métiers, 32% de solutions RH et logistiques, 11% d’outils de reporting et 11% d’ERP. Dans un article plus récent datant du 25 Avril 2013, le JDN (Journal du Net) rapporte une croissance de 18% pour les éditeurs d’applications SAAS pour 2012 et 27% de croissances pour les éditeurs français. Nous retrouvons dans les plus importantes croissances : Oodrive dans le stockage en ligne (+41%), Neolane dans le CRM (+37,5%), Talentsoft dans la RH (+ 20%).

Le bouleversement des parts de marché dans le mobile

Le marché du mobile est en pleine mutation. On pensait qu’avec l’arrivée de l’iPhone la situation allait se simplifier avec un leader hégémonique et des concurrents se battant pour des miettes mais la situation actuelle est toute autre.

Regardons en premier lieu les parts de marché dans les smartphones (Données macrumors). Depuis un an, Samsung a effectué une percée extraordinaire et a représenté 32% des ventes de smartphones sur le deuxième trimestre de l’année avec 50M de smartphones vendus. Apple suit derrière avec 17% pour 26M de mobiles vendus. Nokia poursuit sa chute avec des parts de marché plus que divisées par deux. ZTE décolle fortement en presque triplant ses parts de marché.

Si on regarde le marché global de la téléphonie on voit que Samsung a fait un énorme transfert de ses ventes vers les smartphones et que Nokia a maintenu stable ses ventes de « non-smartphones ».

Ces chiffres statistiques masquent un bouleversement dans la diversité des ventes. Apple a introduit avec l’arrivée de l’iPhone une particularité, le fait d’avoir un seul appareil en vente. Samsung a pris le parti inverse en ayant une offre très large d’appareils, avec une grande diversité de prix. L’idée étant qu’il fallait un produit différent pour chaque besoin, alors que l’idée d’Apple était qu’il valait mieux investir plus sur un seul produit de meilleure qualité. Sur les smartphones, qui sont le marché principal de la téléphonie aujourd’hui, Samsung fait aujourd’hui la majeure partie de ses ventes avec un seul appareil, le Galaxy S3. Samsung semble paradoxalement réussir avec ce qui ressemble à la stratégie de son concurrent !

Le marché des tablettes est très différent (Données Macrumors). Depuis un an, Apple conserve un très fort leadership avec près de 70% de parts de marché, en augmentation, alors qu’Android reste stable avec 30% de parts de marché. Microsoft est en cours de disparition de ce marché, mais l’arrivée de Windows 8 peut bouleverser ce marché.

Ce marché émergent des tablettes semble valider qu’il vaut mieux avoir un bon produit à un prix raisonnable plutôt qu’un produit simplement pas cher. L’iPad a créé ce marché en proposant un produit bon et raisonnablement cher sans être bon marché, et il reste largement leader. La concurrence se concentre  principalement sur le bas de gamme avec les versions 7″, mais cette stratégie n’a pas rencontré un grand succès.

Le marché du téléphone reste très morcelé car un téléphone sert principalement à téléphoner, mais dans le cas des tablettes la qualité fonctionnelle continue à primer car la tablette reste un luxe utile uniquement lorsqu’il est de grande qualité.